mardi 30 juin 2015

Pas faussement sceptique mais réellement optimiste

Je ne résiste pas à l'envie de revenir sur une lecture d'il y a quelques mois. Quand on baigne dans le "Business Durable", "les entreprises responsables" et les "démarches soutenables" il peut devenir très difficile de prendre du recul. Surtout qu'en électron libre, je détermine mes sujets de reportage ou d'articles, je cale mes invités. Étonnant, non ?  J'espère avoir le nez creux, car franchement pour bon nombre de néophytes, mes sujets c'est du chinois.
Je sens le pouls de l'actualité du secteur, je me documente, je regarde de près la presse spécialisée ...houla serais-je en train de faire du journalisme ??? Mais avouons-le, quand on croit fort à des idées innovantes comme celles-ci on peut tomber dans la naïveté ou l'évangélisme. Je ne me flagelle pas tous les jours mais je veille au grain.

Alors quand un petit livre décapant comme celui de Iegor Gran, auteur né à Moscou et vivant en France depuis une dizaine d'années m'est offert, je me réjouis de ce précieux cadeau-poil à gratter. Après l'avoir sorti du tiroir où il végétait un peu. Je le dis en tout franchise. Rien que le titre est croustillant "l'écologie en bas de chez moi..."
Tout part de la diffusion de Home de Yann-Arthur Bertrand en 2009. L'affiche dans le hall de l'immeuble de Iegor et cette phrase "ensemble nous pouvons faire la différence" lui dresse les poils des bras et d'ailleurs. Qu'est ce que c'est que cette culpabilisation permanente?  Avec humour et à gros traits, il se met à assimiler la pensée écolo-bobo à une religion inavouée, une secte pas très nette voire de la propagande pour un régime autoritaire.